Beau et vieux à la fois

Bourgogne 1979
A. et P. de Vilaine, propriétaire à Bouzeron

Le premier nez évoque une fraiche venaison, le vin est bien présent et encore sur la réserve. Il s’ouvre comme un bouquet de fleurs assez dominé par la rose mais sans être mièvre, on sent la chair, le gibier fin qui rôti, des notes de pruneaux mêlées au suc de la viande et à la truffe. Pour la légèreté, il a du grillé comme une noisetine  légèrement fruitée par un soupçon de framboise. Le nez évolue mais il y a toujours un dialogue entre la légèreté florale, le rôti de viande, la truffe et l’acidulé. Un mélange frais et appétissant. L’attaque en bouche est fine, fluide, le vin est à peine palpable comme un voile d’organdi. Les tanins semblent disparus tant ils sont fondus. C’est en finale qu’ils surprennent. Ils sont tendus, tout en retenue et pleinement aromatiques. Le vin laisse une mémoire surprenante d’un entremet délicat et fumé dont on ne saurait détailler les épices. Elles se chevauchent, s’assemblent et se dispersent, douces et fortes, une harmonie rare et complexe. Le vin pourrait être un menu à lui tout seul mais ce serait lui manquait de respect. Il appelle la bonne chère avec tant de profusion…

Catégories : Actualités - Mots clés : , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résolvez l'opération *