BIB & BIO

Retour de deux jours de dégustations sur le 21ème salon de Millésime Bio à Montpellier. Seuls 5% des exposants présentent un BIB avec leurs bouteilles. Un faible pourcentage qui laisse penser que le BIB n’est pas mieux considéré en bio qu’en conventionnel. On verra que ce n’est pas la limite en sulfites qui freine les producteurs mais plutôt l’image trop « bas de gamme » de ces vins « qu’on vend bien mais qu’on affiche pas nécessairement ». Pourtant, nous avons goûté de bien bonnes cuvées et rien de mauvais. Comme toujours, il y a des différences énormes entre les vins avec un écart de prix indépendant de la qualité.

Sur les 787 exposants, 41 présentent du BIB. 21 sont dans le Languedoc Roussillon, 10 de la Vallée du Rhône et Provence, 3 d’Italie, 2 de Bordeaux, 2 de Cahors et 2 d’Espagne, 1 du Portugal. Attention, ces chiffres ne sont que le résultat d’une observation sur place. J’ai arpenté les allées du salon pour compter les BIB présents sur les stands. C’est facile au Millésime Bio puisque les exposants sont tous à la même enseigne. Une table nappée, un numéro qu’on retrouve sur le catalogue et c’est tout. Une discipline d’égalité de chance mise en place dès le début du salon en 1993.

gabelas

Je n’ai pas souvent eu la possibilité de déguster les vins directement au BIB, certains vignerons montrent le carton mais font goûter « l’équivalent en bouteille ». L’équivalent n’est pas l’identique, mais ça donne une bonne idée du travail du producteur. Rappelons que les vins issus d’une même cuvée, peuvent avoir des différences notables, dues au mode de conditionnement. On ne prépare pas tout à fait les vins de la même façon pour la bouteille ou pour le BIB, le vin n’évolue pas ensuite de façon similaire. Donc on restera sur des généralités quant aux dégustations faites sur le salon. Certains de ces vins seront commentés plus tard quand je recevrai les BIB eux-mêmes.

CDR

Le Languedoc est très majoritaire avec son appellation IGP Pays d’Oc. Il y a bien un peu de Vin de France et ce choix n’a rien à voir avec le snobisme des vignerons rebelles des AOC qui font des vins exceptionnels hors appellation. Ces Vins de France là sont une aubaine pour écouler le jus des vignes à trop gros rendement dont seul le nom de cépage donne une identité internationale. Ils ne sont pas les plus mauvais, en plus. Le Languedoc est bien placé dans la production en Bio, c’est logique qu’il soit majoritaire sur le salon. Il faut aussi noter que certaines AOC ne se font qu’en bouteille comme l’Alsace par exemple. Un choix radical défini dans le cahier des charges de l’appellation. Enfin, certains vins n’iront jamais en BIB comme les Champagnes et autres effervescents pour des questions techniques évidentes.

Trois bons souvenirs :

Vergeze

Ce salon nous a donné l’occasion de rencontrer des « vraceurs », ces vignerons qui font le vin mais ne le conditionne pas. La cave d’Heraclès à Vergèze dans le Gard est spécialisée dans le Vin bio en vrac. C’est le plus gros fournisseur de vin Bio dans le Languedoc. Les dirigeants en sont fiers, ils avouent savoir faire le vin mais pas savoir le vendre, alors ils travaillent avec des grossistes et autres négociants. Leurs vins sont bons, ils sont nets, fruités et propres.

luba       tache

Tellement bien faits que j’ai pu les reconnaître chez un grossiste spécialisé en vins bio quelques allées plus loin. Celui qui sait vendre le vin de ceux qui savent vinifier s’appelle ici les « Terroirs vivants ». C’est une jeune russe qui m’a présenté la gamme. Je suis tombée sous le charme avant qu’elle baptise mon cahier et mes notes avec son merlot « vin de France ». ça tache.

julien

Autre découverte, le domaine familial de l’ancien président du Millésime Bio, le Mas de Janiny. Leur gamme de BIB et bouteilles « Le temps des gitans » est pleine de talents, les vins sont francs, plutôt légers, sur le fruit et bien nets. Le rouge est un Carignan qui ne devrait pas tarder à apparaître sur les chez le Pape du Carignan, Michel Smith sur les 5duvin. On sent une belle expérience derrière ces vins avec des vignes comme on aimerait en voir plus souvent. 95 ha cultivés en Bio depuis plus de trente ans, ça force le respect. Bravo les frères Julien.

Une confirmation avec la cave de Saint Maurice qu’on a découverte grâce au Concours des caves coopératives et qui nous a bousculé avec son Chardonnay élevé en fûts de chêne et en BIB. Lire le commentaire ici.

cevennesOn a rencontré deux de leurs représentants, deux jeunes gens, fiers de leur métier et de leurs vins. Fiers aussi de faire du BIB. Ils y mettent ce qu’ils aiment et le revendiquent. Du coup, on a pas goûté les autres vins, juste le  nouveau millésime (le blanc 2013 semble un peu moins boisé mais toujours sur un bel équilibre). Les Cévennes ont ce qu’il faut d’altitude pour donner au vin blanc la fraicheur et la générosité. Vous aurez bientôt de leurs nouvelles.

Enfin, un vin Bio sans soufre conditionné en BIB avec le Domaine d’Anglas à Brissac dans l’Hérault. Là, il faut être joueur. On sait que le conditionnement en BIB consomme pas mal d’oxygène et seul le SO2 peut compenser cette perte pour garder la fraicheur du vin. Faire du BIB Bio c’est déjà s’engager à mettre moins de soufre que le conventionnel puisque la dose limite est de 100mg/L pour 150mg/L chez les conventionnels (vin rouge sec). C’est une dose faible bien en-dessous du seuil allergène (le fameux mal de tête malgré une faible consommation d’alcool). Nous allons goûter ce vin sans soufre et en BIB dans quelques jours et sur plusieurs semaines pour voir comment il évolue. Voilà une expérience très excitante à suivre sur ce même blog.

logo_millesime_bioPreuve de succès pour le Millésime Bio avec l’apparition des OFF. C’est le même phénomène que les « passagers clandestins » des appellations, ces vignerons qui produisent au moins une cuvée en appellation pour être dans la liste des producteurs et profiter de la communication collective mais qui font à côté des cuvées sans appellation, pour lesquelles ils ne payent pas les taxes et autres contributions à l’AOC. Trois OFF cette année, dont un qui a mis à disposition des visiteurs une navette à l’entrée du Salon! Il est sûr de profiter de la Com du Millésime Bio et de son public.

Pour finir sur une touche plus joyeuse, il y a aussi des « soirées » après la fermeture du salon. Nous avons été à la présentation du Beaujolais. Que du bonheur ! Une dégustation passionnante avec des vignerons jeunes, compétents et accueillants et une large palette de millésimes.

chasselay

Une mention spéciale pour le domaine Chasselay, bon à tous les âges (et au moins deux générations de vignerons). Le 1996 est bouleversant de fruité fondant. Un de ces vins que l’on ne sait pas cracher, il a sans doute trouvé le secret de la jeunesse éternelle. Conclusion : Il faut toujours avoir du Beaujolais dans sa cave, c’est un remède contre la morosité.

 

Galerie Photos

  • brau
  • gabelas
  • CDR
  • Vergeze
  • luba
  • tache
  • julien
  • cevennes
  • chasselay
  • logo_millesime_bio
 
 
Catégories : Actualités - Mots clés : , , , , , .

2 réponses à BIB & BIO

  1. Hervé Lalau dit :

    J’ai beaucoup apprécié Chasselay à la Biojolaise, l’an dernier. Et j’adore le Temps des Gitans.
    Je penserai à toi quand je déguste des BIB, Nadine.

    • Nadine dit :

      Surtout n’hésites pas à proposer tes commentaires sur les BIB que tu dégustes. Ce Blog est ouvert à tous ceux qui portent de l’intérêt à ces vins simples et modestes qui n’ont souvent que leur boîte pour communication. Et ce n’est pas toujours du bon marketing. Alors oui, faire la critique de ces vins, c’est un peu leur rendre hommage. à bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résolvez l'opération *